Formation : concevoir une Reprise Libre en Musique

Le 1er février dernier, j’ai participé à une formation au parc du cheval de Chazey-sur-Ain sur l’apprentissage et la conception d’une Reprise Libre en Musique. Deux intervenants de qualité ont animé cette journée : Jean Michel Roudier, juge international 5*, et Bernard Daney, speaker et illustrateur des RLM des plus grands cavaliers. 

Cela fait plusieurs mois que j’aimerais me lancer dans une RLM avec Quinto, mais je ne savais pas par où commencer : Dois-je commencer par trouver les musiques et caler mes figures dessus ? Dois-je commencer par faire mon tracé et ensuite caler des musiques dessus ? Comment bien choisir mes musiques ? Je dois donc dire que cette journée de formation est tombée à pic ! Je vais donc tenter de partager avec vous ce qui nous a été transmis afin de répondre au mieux aux questions que vous pourriez vous poser !

  • La chorégraphie :

 Il y a deux façons d’aborder la création d’une RLM. La première est de faire son dessin de chorégraphie en fonction des points forts et des points faibles de votre cheval (par exemple, s’il est très bon dans les allongements, profiter de ce point fort et en intégrer plusieurs, et ce sur de grandes diagonales. Si ce n’est pas le cas au contraire, essayer de n’en mettre qu’une seule ou deux petites). Une fois que ce dessin est fait, déroulez-le, filmez-vous et ensuite ajoutez les musiques. 

La deuxième façon de travailler est de tester les musiques sur des mouvements en carrière avec votre cheval. Cela vous permettra de voir lesquels vous correspondent le plus, à vous et à votre cheval. Cette méthode est donc préférable car elle permettra de créer de l’émotion.

  • Raconter une histoire : 

Il faut vraiment concevoir sa reprise comme une histoire, et pour cela il faut préparer une entrée qui éveille la curiosité. On n’a pas deux fois l’occasion de faire une première bonne impression, alors il faut faire quelque chose de propre et de tonique. Ensuite, au milieu de l’histoire, on peut avoir quelque chose de plus paisible, l’histoire se déroule sereinement. Puis vient la fin, où l’on peut se permettre de mettre quelque chose de plus dynamique. C’est la dernière image que les juges auront de vous, donc pensez à soigner le final. Qui dit histoire dit donc début, milieu et fin mais aussi respect du même style et de la même orchestration musicale. Vous n’allez pas apprécier, pendant la lecture d’un livre sentimental et romantique, de lire une scène de guerre violente, musclée et gore : c’est pareil pour l’orchestration musicale, qui doit suivre une cohérence du début à la fin.

Il est important de mettre les mouvements forts de sa reprise au début.

Il faut penser également à utiliser des lignes nouvelles, des courbes et des tracés pouvant surprendre, et sortir des reprises déjà existantes. N’hésitez pas à mettre les mouvements sur des pistes intérieures, des lignes du ¼ ou du milieu … Cela sera qualifié de difficile et augmentera votre note. Favorisez vos mouvements forts en les installant loin de la piste, et mettez vos mouvements plus faibles sur la piste. 

Il ne faut pas oublier également qu’il faut une symétrie dans vos mouvements ! Chaque figure doit être exécutée à main gauche et à main droite. Votre reprise ne doit pas être “heurtée”, il faut que les mouvements coulent de sources et que l’enchaînement “se fasse tout seul”, que les juges se laissent bercer par votre histoire. Evitez au maximum que le juge se questionne sur la cohérence de chaque mouvement.

  • Petit rappel sur la musique :

 

La cadence/pulsation et le rythme composent la musique, et ce sont deux choses bien distinctes. 

 

La cadence/pulsation est une composition du rythme, c’est la note, la vitesse, le tempo.

“la cadence, c’est la régularité du poser d’un même pied” . 

Le rythme peut être défini comme étant la mesure où se situe l’ensemble de notes. Le rythme est la caractéristique d’un phénomène périodique induit par la perception d’une structure dans sa répétition. Le rythme n’est pas le signal lui-même, ni même sa répétition, mais la notion de forme ou de « mouvement » que produit la répétition sur la perception et l’entendement.

Voici une très bonne explication de ces notions sur ce site: https://www.laquintejuste.com/

Voici deux vidéos très intéressantes qui expliquent chacune ce qu’est le rythme et ce qu’est la cadence/pulsation:

Maintenant, comment appliquer tout ça aux allures ? 

  • Le pas est une allure à 4 temps, il faudra donc bien choisir une musique qui les marque si votre cheval marche bien à 4 temps. (marquer les points forts). En revanche, si votre cheval a un pas qui pourrait presque se latéraliser, alors choisir plutôt une musique qui ne marque pas les 4 temps du pas mais seulement le poser d’un même membre par exemple. Le BPM (Battement Par Minute) moyen du pas  est à 80 (référence FEI). 

<– Ici nous avons une musique un peu plus rapide, car elle est à 90 BPM. La cadence pourrait convenir pour un cheval marchant un peu vite, mais attention, même si la cadence est bonne et peut correspondre à un pas, le rythme donnera quant à lui l’impression d’un cheval qui marche comme “un chameau”. Gardez le son de la vidéo, et regardez la vidéo de droite en même temps.

Maintenant, regardez la vidéo du cheval au pas et mettez ces musiques, observez comme la sensation qui en ressort est différente. 

  • Le trot est une allure à 2 temps. Dans le rythme, on va chercher des musiques appelées “binaires”. Selon la référence FEI le BPM moyen du trot est à 134. Cherchez à souligner le poser de chaque bipède (et donc chaque antérieur).

ATTENTION: mettez en valeurs les allures naturelles de votre cheval. S’il a tendance à précipiter son trot, évitez de mettre des musiques où il y aura trop de notes et où l’impression générale sera plutôt brouillon. Préférez une musique avec la bonne cadence mais des notes plus fortes !

<– Prenons en exemple cette musique de Duke Ellington & His OrchestraVerriez-vous plutôt un gros allemand faire une reprise sur cette musique ? un poney ? un cheval espagnol ? ici le bpm est à 135.

On a ici une musique qui tourne dans les 120 BPM, donc plus “lente” que la musique de Duke Ellington. Pourtant, le rythme paraît plus rapide. Il faut donc bien accorder de l’importance à la cadence de vos morceaux plutôt qu’au rythme. Ici, utiliser cette musique sur un petit espagnol au trot pourrait le desservir, car son allure serait plus rapide et cela manquerait de cohérence.  –>

Prenons comme exemple une partie de reprise en concours: on observera les frappés des postérieurs ou des antérieurs: nous avons 4 vidéos identiques, avec cadences identiques. J’ai appliqué 4 musiques différentes qui sont calées sur la cadence de Quinto, observez comme l’impression générale est différente ! les cadences sont toutes les mêmes mais les rythme sont vraiment différents et l’impression qui se dégage l’est tout autant.

Attention également à bien marquer les changements inter-allures avec les musiques, par exemple avec des musiques plus fortes pour les transitions au trot allongé. Attention, pas plus rapide, mais plus forte : je rappel qu’au trot allongé, la cadence ne change pas, seule l’amplitude augmente, donc la musique doit garder le même BPM. Jouer sur l’instrumental (plus d’instrument) ou sur le volume

https://www.bensound.com/royalty-free-music/track/myth-irish-legend

Ici, nous avons un très bon exemple d’une musique à 80 BPM qui peut servir pour du pas, et avec des variations nous permettant de rajouter du pas allongé, ou de marquer une demi pirouette.

Admirez les changements dans les musiques de Charlotte Dujardin dans ses Freestyles !

  • Au galop, la cadence est autour des 94 BPM (toujours selon les normes FEI, donc si votre galop n’est pas à 94 c’est normal!). C’est une allure à 4 temps ! Le Jazz fonctionne très bien avec cette allure car elle marque souvent les contretemps et les syncopes. (très bien expliqué ici: https://www.youtube.com/watch). Il faut que la musique marque la frappe, le temps fort du galop, donc le poser de l’antérieur.

Dans le déroulé de la reprise, attention à bien faire vos transitions à la musique et non à la lettre !

N’hésitez pas à sortir de cette idée du dressage classique avec les reprises classiques : les lettres et la piste sont des outils. Le principal est de créer de l’émotion, et si vous passez vos transitions à la lettre alors qu’il y a un décalage de musique, alors l’émotion sera rompue. 

On peut également rajouter des phrases musicales, des jingles ou des bruitages soit sur certains mouvements (par exemple des cloches sur une pirouette au galop), soit pour se faire un signal dans sa reprise pour annoncer un mouvement et prévenir une transition. 

ex ci dessous:

ici on remarque un petit son de cloche à 6:47 dans son piaffer pour la prévenir de  partir sur son demi tour.

Ici, à 4:07 on entend un petit jingle de clochettes pour prévenir la transition au galop.

Ici à 2:59 toujours le même petit jingle de clochette pour prévenir l'entrée au pas.

ici on entend la petite cymbale a 2:15 qui prévient l’entrée dans le piaffer et 2:24 qui prévient la sortie.

Vous pouvez trouver de nombreux jingles libre de droit sur internet, comme par exemple sur ces deux sites: https://www.sound-fishing.net  et https://www.musicscreen.be/ (entre autre)

Base de données musicale:

 

  • www.equimusic.com 

  • Les orchestres symphoniques (le Royal Philharmonic Orchestra par exemple, qui a repris de nombreux titres très connus)

  • Musik zem reiten 

  • Toutes les musiques libres de droit qu’on peut trouver sur des sites comme freesoundtrackmusic.com, CCmixter.com, musicloops.com, sound-effetcs.com, Freeplaymusic.com …

(attention, sur le site equimusic les musiques sont classées par rapport aux cadences FEi, donc le posé d’un même membre au sol.  donc pensez à diviser par deux les rythmes donnés ci-dessus ou votre cadence si vous avez compté les posés des deux bipèdes diagonaux au trot par exemple)

Vous trouverez des fichiers techniques sur le site de la FFE à ces deux adresses; :

Ce qu’il faut garder en mémoire si vous voulez vous lancer dans la création de votre reprise libre en musique c’est tout d’abord qu’il faut être bien conscient de la différence entre le rythme et la cadence/la pulsation. Jean Michel Roudier nous a expliqué qu’il y avait beaucoup de personnes qui perdaient des points à cause de ça. Comptez précisément la cadence de votre cheval aux trois allures, ainsi vous ne pourrez pas vous tromper. Attention, ne changez pas de musique au trot allongé puisque la cadence doit rester la même! 

Retenez aussi qu’une RLM doit raconter une histoire, faites preuve d’originalité.
Votre reprise c’est votre musique et non les lettres autour de la carrière!

Ce que les juges attendent c’est un couple qui danse et se fait plaisir. Alors n’oubliez pas de sourire et de profiter!
Choisissez des musiques que vous aimez et qui vous font vibrer